Connaître
Le Chemin


ÉTAPES DU CHEMIN DE SAINT-JACQUES A NAVARRE

Le Chemin de Saint-Jacques trouve à Navarre la porte d’entrée de l’Espagne et, après avoir traversé Luzaide-Valcarlos, on pourrait dire que la Collégiale Royale de Roncevaux tient lieu de seuil, tel un repère historique d’une valeur chrétienne idéale pour recevoir à bras ouverts l’expérience de Saint-Jacques.

Les 150 kilomètres qui séparent Saint-Jean-de-Pied-De-Port de Logroño traversent, du nord au sud, la Communauté autonome et révèlent ainsi la beauté de ses paysages.



1 ÉTAPE – SAINT JEAN PIED DE PORT – RONCESVAUX

35 Km

On part de la localité française de Saint-Jean-Pied-de-Port puis on traverse le Pont d’Espagne. Par la route, le repère suivant est la localité navarraise de Luzaide-Valcarlos, laquelle se trouve au pied du col d’Ibañeta. C’est donc, avant d’entreprendre la traversée des Pyrénées, le premier lieu du Chemin situé en Espagne.

L’ancien Chemin suivait la voie romaine, jusqu’au passage de Bentartea. Dans les textes médiévaux, ce dernier est nommé « Portus Cisere » (Col de Cisa) et son ascension figure comme étant la partie la plus difficile de ce tronçon. En hiver, il est déconseillé d’emprunter la route du Col de Cisa dû au grand danger qui y a déjà provoqué de nombreux décès. Il est donc préférable de marcher sur la route actuelle.

Une fois le col d’Ibañeta franchi, c’est en suivant la route actuelle que nous arrivons à la Royale Collégiale de Roncevaux, premier refuge à disposition des pèlerins.



2 ÉTAPE – RONCESVAUX – LARRASOAÑA

28 Km

Partis de la Royale Collégiale de Roncevaux, nous allons traverser diverses localités enclavées dans des forêts de hêtres, de bouleaux et de pins, qui dessinent la principale caractéristique du nord navarrais. Dans un premier temps, nous arrivons à la localité de Burguete depuis laquelle nous nous dirigeons à Aurizberri-Espinal, Mezkiritz, Bizkarreta-Gerendiain, Lintzoain y Larrasoaña. Nous n’avons pas besoin de les visiter mais nous passerons quand même près des localités d’Erro et de Zubiri. Les refuges se trouvent à Zuribi et à Larrasoaña.


3 ÉTAPE – LARRASOAÑA – PAMPLONA

15 Km

La capitale navarraise est la première grande ville que nous trouvons sur le chemin. Pour y accéder, nous prenons la route qui traverse les localités d’Akerreta, Zuriain, Irotz, Zabaldika, Arieta, Villava, Burlada et enfin Pampelune. Cette route compte deux refuges : ceux de la Trinité D’Arre et de Pampelune.



4 ÉTAPE – PAMPLONA – PUENTE LA REINA

24 Km

Laissant derrière nous la capitale navarraise, nous nous dirigeons vers le sud pour atteindre la localité historique de Puente la Reina. En prenant la direction Zizur Mayor par la sortie de Pampelune, nous arrivons à la localité d’Uterga puis, en continuant, à Muruzábal, à Obanos et à la destination finale de Puente la Reina où converge le chemin de Saint-Jacques qui vient de Somport (Jaca). Ainsi s’explique la variété des refuges qui sont au nombre de cinq : celui de la famille Roncal, de Cizur Menor, d’Uterga (bienqu’il soit un peu à l’écart du Chemin) et deux autres à Puente la Reina, Padres et Saint-Jacques Apôtre.


5 ÉTAPE – PUENTE LA REINA – ESTELLA

22 Km

Après avoir franchi le pont médiéval qui enjambe la rivière Arga, nous mettons le cap sur Estelle. La première localité que nous rencontrons est celle de Mañeru puis celles de Cirauqui, Lorca, Villatuerta et enfin Estelle. C’est ici que nous trouvons le refuge Hôpital du Pèlerin qui, grâce à un bon entretien, est sans doute l’un des plus remarquable du pèlerinage dans Navarre.



6 ÉTAPE – ESTELLA – LOS ARCOS

21 Km

C’est sans doute l’étape la plus solitaire et difficile pour le pèlerin, dû à la distance qui sépare les localités. Nous partons d’Estelle, ne passons pas Ayequi et mettons ensuite le cap sur la localité d’Azqueta. L’arrêt suivant, Villamayor de Monjardín, est relativement proche. Dans la mesure où nous ne trouverons pas d’hébergement dans aucune autre localité, il est conseillé de se reposer à Villamayor de Monjardín, avant de repartir pour le dernier tronçon qui nous conduira directement aux Arcs. Ce trajet comprend quatre refuges : Hogar Monjardín est le premier, situé à Villamayor Monjardín; les trois autres, Isaac Santiago, Casa Alberdi et Casa Romero se trouvent à l’arrivée à Los Arcos.


7 ÉTAPE – LOS ARCOS – VIANA – LOGROÑO

28 Km

Puis nous arrivons à la dernière étape navarraise du Chemin de Saint-Jacques, celle qui nous mènera à la Rioja, plus précisément à sa capitale, Logroño. C’est une étape jonchée de vignobles et de terres sèches, typiques du sud de la Communauté autonome. Nous partons de Los Arcos pour faire route en direction de Sansol d’où nous traverserons Torres del Río. Laissant ensuite derrière nous l’Ermite de Santa María del Poyo, nous entrerons à Viana, avant de reprendre le voyage cap sur Logroño. Il nous restera alors 612 kilomètres à parcourir avant d’arriver à la ville de Compostelle. Le premier endroit à même de nous héberger est l’Hôpital Peregrino de Torres del Río. Nous pouvons aussi trouver des refuges à Viana (Refuge Andrés Muñoz), ainsi qu’à Logroño (Refuge Peregrinos).



LA FIGURE DE SAINT-JACQUES APÔTRE


Saint-Jacques, l’un des douze apôtres, mourut martyrisé à Jérusalem vers l’an 44 de notre ère. Cinq ou six siècles plus tard, divers récits, relatant sa prédication en terres d’Hispanie et transmis au fil des générations, auraient commencé à circuler au sein de toute de la chrétienté, jusqu’aux confins du monde occidental.


Selon la légende, les disciples de l’apôtre martyrisé déposèrent le corps dans une barque en pierres. Sans patron à bord, celle-ci traversa la Méditerranée puis contourna la Péninsule pour enfin venir échouer le long des côtes galiciennes où, au milieu des persécutions, le cadavre fut secrètement enterré.

D’ailleurs, en l’an 829, au cours du règne d’Alphonse II d’Asturies, l’évêque Téodomire découvrit un tombeau qu’il identifia à celui de Saint-Jacques. Très tôt, il fut reconnu comme tel, jusqu’aux confins les plus retirés de la chrétienté.

Un récit ainsi surprenant, le manque de renseignements fournis par les sources orientales ainsi que les interrogations que soulèvent la question, engendrent une série de difficultés que tentent de résoudre les chercheurs, inquiets de vérifier la valeur historique d’une légende millénaire. Cependant, il n’y a aucun doute dans le fait que l’Europe toute entière se mit rapidement en marche sur le chemin de Compostelle, pour vénérer l’un des apôtres et se prosterner devant sa dépouille; un apôtre qui avait reçu, du Christ lui-même, le message de la Révélation. Au monde, seulement Jérusalem et Rome hébergent des reliques d’une égale importance.

« Le pèlerin est celui qui va à Compostelle » et le pèlerinage signifie faire à pieds un long chemin de sacrifices et de concessions. Cela demande au marcheur un exercice de réflexion, de pénitence, d’introspection et de prière. Un exercice qui s’achève sur le Mont du Gozo, avec vue sur Santiago.


Connaître
Le Chemin