Le nord de la Navarre, spécialement la région Pyrénéenne, est un des paradis naturels de la péninsule ibérique. Les alentours Orreaga-Roncevaux sont garnis de coins pour se laisser aller et découvrir les traces des gens qui ont peuplé ces terres depuis les temps préhistoriques.



LA FORÊT DU IRATI

La forêt du Irati est l’un des bois de hêtres et sapins plus ample et mieux conservé de toute l’Europe. Son extension, d’environ 17.000 hectares, et la qualité et conservation de sa végétation et faune, nous place dans une des zones les plus recommandées de la Navarre. La forêt du Irati offre de nombreux parcours, mais l’un des plus intéressants et pittoresques, est celui qui entoure le barrage d’Irabia, un barrage magnifique et cristalline situé dans le cœur de la forêt.

La riche flore et faune sont un des attraits touristiques de la région. Des vastes hêtraies et sapinières, des prés étendus, le climat humide et l’altitude composent un habitat très favorable pour des espèces caractéristiques, telles que le desman des Pyrénées, le pic noir et le pic au-dos-blanc et le papillon graellsia isabela.


Dans les environs de Roncevaux, il existe de nombreux itinéraires de randonnée qu’aucun amateur ne devrait manquer. Vous pouvez accéder à ce lien pour les voir en détail.
https://senderosderoncesvalles.blogspot.com/


L’ensemble monumental d’Orreaga-Roncevaux se situe à l’extrême ouest de la chaîne pyrénéenne et s’érige du coté sud du Mont Ibañeta, près de la vaste plaine d’Auritz-Burguete.

Point de descente pour les pèlerins du Chemin après l’abrupte montée du coté de la Basse Navarre, l’Église Collégiale est entourée par les Monts Astobiskar (1.266 mètres) et Ortzanzurieta (1.570 mètres). Cet endroit est le plus ancien géologiquement, avec plus de 450 millions d’années.



Cette orographie, dont le versant français a un dénivellement très marqué et le versant espagnol es plus progressif, est la conséquence d’une faille géologique que l’on connaît comme la « chevauchée de Roncevaux », est le franchissement le plus accessible des Pyrénées occidentaux pour entrer dans la Péninsule Ibérique.

Le lieu choisi pour bâtir l’ensemble fut une souple cuvette située à l’abri du Mont Ibañeta, qui protège l’auberge de pèlerins des inclémences du climat de la région. L’altitude et l’humidité du terrain justifient l’intense verdure et les vastes forets de hêtres qui se transforment en pâturages et qui se mêlent avec des chênaies de plus en plus nombreuses lorsqu’on descend vers Auritz-Burguete.



Pendant l’hiver la verdure se couvre d’un épais tapis de neige qui a obligé à couronner les édifices avec des toits très inclinés, comme on peut apprécier à Burguete, que l’on connaît aussi comme Auritz. Son nom provient de son origine comme bourg franc fondé par le roi pour favoriser le développement de la région. De nos jours cette municipalité a un offre hôtelière assez abondante.